RADIO KREYOL

On The Go 1(712)432-7282

Home » Featured » PNH: 50 millions de gourdes de chèques zombis récupérées

pnhRien que pour ces trois derniers mois, la direction générale de la Police nationale d’Haïti a récupéré des chèques zombis de policiers ou de personnel de la PNH évalués à environ 50 millions de gourdes. Le chef de la police, Michel-Ange Gédéon, qui a confié la nouvelle vendredi au Nouvelliste, a donné la garantie que cette pratique sera combattue, les coupables poursuivis et sanctionnés selon les dispositions de la loi…

Environ 16 000 policiers et plus de 3 000 personnels administratifs travaillent à la Police nationale d’Haïti. Tous les mois, plus de 19 000 chèques sont émis. De ce nombre, les autorités policières commencent maintenant à vérifier qui est réellement en poste ou qui ne l’est pas.

Pour connaître le nombre de policiers qui ont soit démissionné, abandonné leur poste ou sont décédés, le chef de la police a appelé les cadres intermédiaires de l’institution à bien jouer leur rôle. Lors du paiement des policiers au niveau du département des ressources humaines, a souligné Michel-Ange Gédéon, « nous communiquerons la liste des policiers pour chaque commissariat avec les chèques correspondants… »

« La semaine dernière, on a pu récupérer des chèques sur ces trois derniers mois pour un montant d’environ 50 millions de gourdes », a-t-il dit dans une interview accordée au Nouvelliste dans son quartier général à Pétion-Ville. Il va s’en dire que des responsables de commissariat sont impliqués dans la pratique de récupération des chèques zombis à leurs intérêts personnels.

« Depuis quelque temps, au niveau de la police nationale nous avons pris des dispositions pour exercer un meilleur contrôle sur l’effectif de l’institution. Le constat est qu’il y a plusieurs policiers qui ont quitté le pays, mais on continue à émettre des chèques en leur nom », a affirmé le chef de la police.

À ce niveau, a-t-il dit, il y a plusieurs possibilités. Certaines fois, le policier absentéiste est au courant de l’émission de son chèque et il en bénéficie avec la complicité d’un responsable de commissariat. Le policier absentéiste peut aussi ne pas être au courant de l’émission de son chèque. À ce moment-là, ce chèque est récupéré soit par un responsable de commissariat ou directement empoché au niveau de la comptabilité de l’institution policière.

Michel-Ange Gédéon a précisé que, dans certains endroits, la direction générale de la PNH procède elle-même à la distribution des chèques. Rien qu’à l’annonce que la distribution des chèques sera désormais assurée par la direction générale de la PNH, des responsables de commissariat ont restitué plusieurs centaines de chèques, lesquels ne font pas partie des 50 millions de gourdes récupérées, a précisé le directeur général de la police nationale.

Des changements opérés dans les ressources humaines de l’institution policière ont aussi contribué à avoir le contrôle sur l’émission des chèques, a précisé le chef de la police.

Pour Michel-Ange Gédéon, il ne suffit pas de récupérer des chèques zombis. Il faut aussi trouver ceux qui sont impliqués dans cette pratique, a-t-il dit.

Michel-Ange Gédéon n’a pas voulu donner tous les détails à ce niveau puisqu’il y a une enquête en cours. Toutefois, il a souligné que les responsables des commissariats à travers tout le pays savent quel policier est présent ou absent parce que ce sont eux qui distribuent les chèques. La loi sera appliquée contre toute personne impliquée dans cette pratique, a-t-il menacé. « Nous serons très contents d’épurer la police des gens qui s’adonnent à cette pratique », a-t-il dit.

Sans vouloir critiquer ses prédécesseurs, Michel-Ange Gédéon a reconnu que cette pratique ne date pas d’hier au sein de l’institution policière. Il a promis de continuer à apporter des corrections à la PNH afin de renforcer l’institution pour qu’elle puisse remplir efficacement sa mission.

Alors que ces dizaines de millions de gourdes sont détournées par des corrompus au sein même de l’institution, des policiers ont des arriérés sur leur grade et des primes de risque non délivrées. « La bonne nouvelle c’est qu’aujourd’hui, on est censé payer ces dettes. Des chèques sont déjà disponibles à la direction générale… », a annoncé M. Gédéon. Il en a profité pour annoncer la régularisation définitive des salaires de tous les policiers montés en grade.

Les chèques zombis récupérés seront retournés au ministère de l’Économie et des Finances pour être ensuite réinsérés au budget de la PNH, a fait savoir M. Gédéon.

Impossible de dire combien de chèques zombis il y a dans l’administration publique. Ce qui est certain, c’est que cette pratique est récurrente dans toutes les institutions publiques du pays. Cette semaine, le ministre de l’Education nationale et de la Formation professionnelle, Pierre Josué Agénor Cadet, a confié au journal que plus de 72 millions de gourdes de chèques zombis ont été récupérées au sein du ministère qu’il dirige après des contrôles au niveau du personnel de l’institution.

Robenson Geffrard source le nouvelliste