RADIO KREYOL

On The Go 1(712)432-7282

Home » Music News » Le groupe Zenglen toujours sur les rails de la compétition

ZenDans toute famille, l’aîné jouit de certains privilèges. Considérant l’âge chronologique de Zenglen, il est l’aîné des groupes T-Vice,  Djakout #1, Nu Look, Carimi, Dola Mizik, Kreyol La, Disip, Karizma, Gabel, Klass, etc.  Ce nom « Zenglen » existe depuis 1989. Il va avoir 27 ans. Pendant ses 26 ans d’existence, la formation Zenglen a produit beaucoup plus de disques que la majorité des orchestres de l’actuelle génération. En novembre 2015, il a mis en circulation un nouveau CD qu’il a titré « Rezilta Pi Rèd ». Le titre est très significatif. Il marque une certaine continuité de production musicale.

La résilience de Zenglen contribue à sa réussite

Il n’existe aucun groupe dans le monde du konpa dirèk ayant la résilience de Zenglen. Il a connu des ruptures des maillons de la chaîne, et cela avec une fréquence qui défiait l’imagination. Ce qui avait créé une instabilité au sein de cette formation, entravant sa marche et ses démarches. Il a dû reculer pour mieux faire un état des lieux et rebondir avec force, à chaque occasion.  Après la pluie, le soleil luit toujours pour ce groupe.

Point n’est besoin de revenir sur le départ simultané de Réginald Cangé et Kenny Desmangles puisque le temps s’écoule, et les priorités de tout le monde ont changé. Dans le livre d’histoire de Zenglen, ils y figureront dans le chapitre des beaux souvenirs. On ne saurait oublier le passage éclair du chanteur Klemay au sein de Zenglen. L’acquisition de Widler et le retour de Fréro Jean-Baptiste ont apporté le souffle dont Zenglen avait besoin pour redémarrer et respirer sans malaise. Zenglen n’est plus dans l’œil d’un cyclone.

Le nouveau CD du groupe lui a permis de rebondir. Ce rebondissement de Zenglen a rassuré ses fans qui, malgré les turpitudes, espéraient encore parce qu’ils avaient su que leur orchestre se replacerait fermement sur l’échiquier musical. Personne ne doute de la qualité du nouvel album de Zenglen, qui lui garantit le respect auquel il a légalement droit. Même ses compétiteurs en ont fait la remarque. Quoiqu’on dise ou fasse, le Zenglen demeure un compétiteur de taille dont la valeur musicale est reconnue de tous et même de ses concurrents.

Après 26 ans sur la scène de l’industrie musicale haïtienne, cette formation continue son chemin sans inquiétude et avec l’espoir de réussir dans ses démarches et se replacer solidement sur l’échiquier parmi les trois meilleurs groupes dans le monde du konpa dirèk actuel. On dit que le style c’est l’homme, ce qui veut dire: À chacun son style. Pourtant, on note une ressemblance musicale entre plusieurs orchestres de konpa dirèk. Ce qui fait la différence entre le Zenglen et les autres c’est vraiment son style, qui lui confère son identité.  On peut facilement identifier ce groupe dès les premières notes d’un morceau.

Le clip-vidéo de la chanson « Sincerely yours » de Zenglen : Une nécessité du moment

On reproche souvent au Zenglen la façon dont il gère son business.  Ce n’est peut-être pas sans raison que la chanson « Lajan monte bwa » a été composée. On ne se fait point de doute que l’auteur-compositeur de cette chanson vit et observe la situation économique mieux que nous. Dans toute pièce musicale, il y a toujours une réalité cachée que les artistes ne veulent pas dévoiler, utilisant la musique comme plateforme ou un moyen sûr de communication pour passer un message au public. Auteur de l’article: Robert Noël. Auditionner une musique ne se limite pas seulement au niveau sonore, le visuel tient aussi une place importante dans le domaine de la promotion et du marketing. Certaines fois, il faut faire une gymnastique d’esprit pour capter le message voilé dans une composition. Toute musique reflète le caractère et l’état d’esprit du compositeur au moment de la conception de l’œuvre.

Il faut dire que le morceau « Sincerely yours » plaît à tout le monde. Les dirigeants de Zenglen ont aussi fait la même remarque. Point n’est besoin d’entrer dans les détails déjà partagés autour de cette pièce. Profitant de la popularité de cette chanson, les musiciens de Zenglen ont décidé de faire un support-vidéo pour l’accompagner. On espérait la participation de Dener Ceide dans cette vidéo, mais il ne pouvait pas y prendre part. On pense que Dener n’a pas voulu jouer son rôle dans ce support-vidéo de Zenglen à cause de la fonction d’arrangeur-producteur qu’il remplit dans les projets musicaux d’autres formations musicales. S’il le fait pour un orchestre, il sera obligé de le faire pour tous ses clients. Dans un tel cas, il serait vu comme un passe-partout (mizisyen alimèt-Bengal). Dener aurait dû l’expliquer clairement aux membres de Zenglen, au lieu de se faire attendre en vain. Dans toute industrie musicale réglementée, les artistes bénéficient de droits d’images (droit à l’image) et sont payés pour leur participation à une vidéo ou un DVD, mais pas dans la société haïtienne. Les musiciens ne le savent même pas.

Certains imputent la ressemblance musicale des compétiteurs au fait d’engager Dener dont la touche se remarque sur presque tous les disques des groupes les plus populaires. Il y a un fait qu’on doit comprendre. Dener Ceide n’a pas approché les groupes musicaux pour qu’il arrange et produise leurs albums. Ce sont plutôt eux-mêmes qui veulent utiliser son talent de musicien. En passant, il faut souligner que Dener a reçu une plaque de reconnaissance de l’organisateur du spectacle traditionnel  « La nuit des jeunes » qui a eu lieu au Club Amazura de Queens (N.Y), le samedi 16 avril dernier.

La mise en place d’un programme de marketing pour la survie du nouvel album de Zenglen

Beaucoup d’entre nous sont impliqués dans la musique pour des raisons émotionnelles. D’autres en ont fait une profession, un gagne-pain. Donc, la musique est un business comme tout autre. Le seul paramètre constant dans le commerce de la musique c’est le changement. La structure de l’industrie musicale à l’échelle internationale a changé considérablement. Les forces de changements technologiques, la rigidité de la compétition, la transformation de choix et des goûts musicaux du public rendent l’existence et la survie des orchestres plus difficiles qu’avant. De nouveaux systèmes de distribution de disques ont vu le jour. Il faut que les orchestres s’ajustent au changement.

Aujourd’hui, l’Internet et d’autres technologies permettent d’établir le lien entre les artistes et les consommateurs. Quand, en 2003, Apple Computer a inventé un nouveau système de vente de disques via Internet, connu sous le nom de « iTunes Music Store », automatiquement une autre approche de marketing a émergé. Les dirigeants de Zenglen doivent instituer un vrai programme de marketing, considérant ces quatre composantes majeures: « Produit », « Prix », « Place » et « Promotion ». Ce programme est connu sous le nom des quatre (4) P.  Le « Produit » de Zenglen est de très bonne facture et satisfait pleinement aux standards de qualité.

Le « Prix » du produit doit être abordable à l’audience, au public, et profitable à l’orchestre, tout en maintenant la capacité de compétitivité avec les produits similaires déjà offerts sur le marché du disque. Il faut que la « Place » / le lieu / les points de vente et les moyens de distribution mis en place soient facilement accessibles aux consommateurs du produit.  Vu les conditions actuelles de la compétition, une « Promotion » agressive s’impose pour atteindre le plus grand nombre d’intéressés. Car la flamme qui, hier, faisait courir les consommateurs de musique semble perdre de son intensité aujourd’hui.

Zenglen doit augmenter  le volume de production et baisser le prix de vente pour contrecarrer le marché parallèle de bootlegs, comme nous le disons depuis des années. Dans mon article « Le redressement du compas direct : Combite pour un lendemain meilleur » publié sur le site de la Radio Télévision Caraïbes,  le 20 septembre 2014 à 4 h 53 (20/09/2014 04:53.00), j’avais fait des recommandations à ce sujet, au sixième paragraphe du texte en question.  Relisez cet article de référence et vous aurez une idée de la situation.

L’espace HMI est presque vide puisque d’autres compétiteurs de taille n’ont pas tenu leur promesse, qui faisait croire qu’ils allaient mettre un nouveau disque en circulation. On les voit retourner au studio d’enregistrement pour porter les corrections leur permettant de se mettre au diapason  avec les orchestres qui ont déjà fait le premier pas sur le chemin de la compétition. Ils donnent l’air des fourmis entrant dans une fourmilière. Paniqués, ils ne veulent pas passer à côté.  Mieux vaut tard que jamais. Prudence oblige! La compétition n’est pas encore équilibrée. On attend donc les albums de Nu Look, Disip,Carimi, T-Vice, Mass Konpa,  Gabel, Dola Mizik, Karizma, Kzino, Xtassy, Suav Mizik, etc,  pour alimenter la compétition. Que dire de Djakout #1 et Kreyol La ?

Actuellement, on établit la comparaison seulement entre l’album de Klass et celui de Zenglen. Les opinions sont partagées. Plus il y a de groupes qui produisent de nouveaux disques, mieux sera la compétition. Auteur de l’article : Robert Noël. Il revient maintenant aux responsables de Zenglen de prendre les précautions nécessaires pour s’asseoir convenablement afin de ne pas laisser lire ses cartes. Zenglen « Ranje chita w byen, pou yo pa gad anba w », comme la dernière fois. Les étaux se resserrent davantage. Le jeu se complique, jwèt la rèd. Espérant que cette formation musicale choisisse le bon côté, nan bon bò a, nous lui souhaitons bonne chance et du succès dans son programme de marketing.

robertnoel22@yahoo.com

Categories: Music News